Île de la Réunion: le choix du départ

« N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. »

Henry de Monfreid

Depuis presque deux ans, chéri et moi-même avions dans un coin de notre petite tête l’idée de partir à l’étranger. Plusieurs raisons nous poussaient à faire ce choix: on avait l’envie de couper de notre train-train quotidien, déjà bien installés, un boulot en CDI tous les deux, après avoir fait nos études dans la région , en couple depuis longtemps, pas d’enfants…

La seconde question était: partir oui, mais où?

On souhaitait un endroit francophone de préférence, avec un climat chaud et pas trop humide, tout en ayant la mer à côté… On a pensé dans un premier temps à la Nouvelle Calédonie; plusieurs personnes de mon entourage s’y étant déjà rendues et j’avoue que leur description me faisait plutôt rêver… Mais les 11h de décalage horaire et le prix du billet d’avion nous ont un peu refroidis. En effet on souhaitait un endroit où le décalage horaire n’était pas trop important afin que Chéri puisse conserver son poste en faisant du télé-travail; ça aurait été donc un peu compliqué de travailler avec ses collègues à distance.

On s’est donc rapidement tournés vers l’Île de la Réunion; 3h maximum de décalage horaire l’hiver, 2h l’été; des paysages diversifiés, beaucoup d’activités diverses, un climat chaud, des billets d’avion moins chers que la Nouvelle Calédonie, et mon diplôme d’infirmière y est reconnu.

Au mois de décembre, on commence à en parler à notre famille proche et à nos meilleurs amis pour recueillir leurs avis. On en parle également au travail à nos supérieurs respectifs pour avoir une idée de la faisabilité.

Vendredi 6 janvier 2017, direction La Poste pour envoyer ma lettre de demande de congé sabbatique… On ne peut plus reculer, c’est à la fois un mélange de stress mais surtout d’excitation! Je reçois l’accusé de réception trois jours après et je réalise ce que j’ai fait… Petite poussée de stress, beaucoup de questions en tête; et si on avait fait une connerie? Est-ce qu’on arrivera à vendre nos voitures avant de partir? A louer notre appart? Est-ce qu’on ne va pas se mettre dans m**** financièrement? Nos proches ne vont-ils pas trop nous manquer?

France Gall passe à la radio et me ramène à la raison : « Prouve que tu exiiiiiistes! » (oulala la référence!!!!)

J’ai toujours un peu tendance à mesurer les « dangers » avant de voir les bons côtés; je pense qu’on est assez complémentaires sur ce point avec Arnaud car lui est plutôt du genre à foncer! Ses mots réconfortants me font comprendre qu’on ne regrettera pas ce choix. Surtout qu’on ne prévoit de partir qu’un an à peine!

Je reçois la lettre signifiant l’accord pour mon congé sabbatique deux semaines plus tard environ… Libérééééée délivrééééée! 

Ô joie Ô bonheur, c’est parti pour l’aventure!

La suite au prochain épisode…

 

Audrey

2 Responses

  1. Morgane
    Répondre
    17 février 2017 at 9:41

    Vous avez tellement raison! Je vous soutiens à 100%! L’année que j’ai vécue à l’étranger reste une des meilleures années de ma vie,je n’imagine même pas ce qu’elle aurait été avec mon chéri à mes côtés. Alors vivez,soyez heureux et comme dirait un film : Va,vis,deviens! (J’adore ce titre !) Je vous aime fort et vous nous manquerez beaucoup mais ce sera pour une bonne raison.:-)

    Gros bisous à ma petite soeurette chérie et à mon beau-frère adoré.

    • admin_coconut
      Répondre
      12 mars 2017 at 9:38

      Merciiii! Vous nous manquerez aussi 😉 Mais ça sera pour encore mieux se retrouver! 😉 Gros bisous

Leave A Reply

* All fields are required